Rebeca Gutierrez

«Folégandros»

VERNISSAGE
Jeudi 12 Oct à 19h00

EXPOSITION
27 sept – 14 oct
.

C’est l’histoire racontée d’un jour de la vie de Nikítas Marinákis, natif de Folégandros.

Folégandros est une petite île grecque au sud de la mer Égée, dans l’archipel des Cyclades, à 101 miles nautiques du port du Pirée. Elle a une superficie de 32 kilomètres carrés et une population d’un peu plus de 600 habitants. Elle doit son nom au fils du roi Minos de Crète, banni par son père sur ce rocher dénudé.

Par Folégandros sont passés des romains, byzantins, vénitiens, turcs et italiens. Rude et rocheuse, zébrée de terrasses de pierres sur des versants ensoleillés, manquant d’eau et frappée en permanence par des vents violents du nord, l’île fut, jusqu’en 1974, un exil interne pour les dissidents politiques. Pauvre et aride, Folégandros est une pièce intacte de cette Grèce qu’Ulysse a parcouru lors de son retour à Ithaque.

Nikítas vit à Áno Meriá, une zone agricole de petits villages dispersés au nord ouest de l’île. Je l’ai rencontré à dos d’âne sur la route menant à Chóra, un village de maisons blanchies à la chaux construit sur une falaise de 200 mètres. Il retourne chez lui l’après-midi, accompagné du bruit des sabots sur l’asphalte et de l’étésien. Il descend de l’âne dans le patio central d’une maison en pisé avec plusieurs pièces. Sa femme, également originaire de l’île, l’accueille avec un plat de lentilles, du pain et des raisins.

À l’extérieur, des sacs de fourrage et de chaux, des vêtements en train de sécher au soleil et un vieil olivier. Dans la maison, une corbeille à ouvrage sous la table, de la vaisselle usée, un téléphone hors d’usage, quatre chaises basses et plusieurs photographies accrochées au mur. Devant le plat de lentilles, Nikítas me raconte son histoire en dessinant des chiffres sur la paume de sa main : ena, dio, tria, tessera… Il parle grec et quelques dizaines de mots d’italien qu’il répète fièrement. Nikítas embrasse sa femme avec un air complice. Ils ont deux enfants qui vivent à Athènes et leur rendent visite au printemps, quand les terrasses de pierre se tintent de vert. Je découvre un portrait d’un homme jeune à côté d’un âne. Nikítas montre son cœur avec son index : «moi, Nikítas de Folégandros», et il sourit.

Bio :
Vit et travaille à Cannes

ADRESSE
Caisse d’Epargne Masséna
6 place Masséna 06300 Nice
HORAIRES
Mar, mer & ven : 8h30 – 12h & 13h30 – 17h
Jeu : 8h30 – 12h & 14h30 – 17h
Sam : 8h30 – 12h
PLUS D’INFO
www.rebecagutierrez.com