SIDNEY_LÉA_LE_BOUR
L’ENFER BLANC

SAM > 21.09 > 20H > PROJECTION PLEIN AIR
LE 109 – PÔLE DE CULTURES CONTEMPORAINES

24.09 – 12.10 > PROJECTION EN CONTINUE
UNI-VERS-PHOTO

MAR > 15.10 > 19H > VERNISSAGE EXPO COLLECTIVE
CAISSE D’ÉPARGNE MASSÉNA

 © Sidney Léa Le Bour

4h30 du matin. Des minibus déversent des hommes en djellaba par dizaines. En moins d’une heure, le carrefour est noir de monde. Tous attendent la même chose: l’arrivée des pick-ups qui les amèneront sur les carrières de calcaire.

A Al-Minya, c’est la source principale de travail. Presque tous les hommes en âge de travailler dans la région s’y rendent 6 jours sur 7. La route est chaotique et labyrinthique. Et le jour n’étant pas encore levé, il fait très froid. Certains se protègent du vent sous des bâches, d’autres s’emmaillotent dans des couvertures. Les hommes s’entassent à l’arrière des véhicules et se serrent les uns contre les autres pour 30 à 45 minutes de route.

L’arrivée sur les carrières est surréaliste. Une lumière violacée teinte le ciel et les paysages blancs immaculés qui nous entourent. Des étincelles éclaboussent la nuit. Aux premières lueurs du jour, les hommes affutent les scies circulaires. C’est l’amorce d’un ballet bien rodé où chacun à sa place et sait ce qu’il a à faire.

L’air est irrespirable et la lumière aveuglante. A chaque inspiration, le silice s’engouffre dans les poumons des ouvriers. Pour limiter les ravages et à défaut de masque de protection, ils tentent de se protéger avec des foulards et des cagoules en tissu. Mais, cela n’arrête pas la maladie : embolie pulmonaire et cataracte, entre autres, sont monnaies courantes.

Les risques pour la santé et les accidents sont nombreux sur les carrières. Les hommes le savent. Pour 5 ou 6 euros par jour et malgré les risques, les hommes de la région continuent donc à produire du calcaire et à s’exposer au pire.

 © Sidney Léa Le Bour

D’abord diplômée en architecture, Sidney Léa Le Bour intègre l’ENS Louis Lumière Section photographie jusqu’en 2014. En quelques années, ses pérégrinations la conduisent aux quatre coins du monde avec une passion et une curiosité insatiable.

Traversée du continent eurasien en autostop. Reportage hivernal au long cours en Sibérie.

Elle photographie des peuples aux antipodes les uns des autres et collabore rapidement avec la presse française et internationale (Geo, L’Obs, VSD, Neon, Libération, l’AFP, l’Humanité, Le Parisien, Il Reportage, Rhythms Monthly…).

Son travail a été montré lors de plusieurs expositions personnelles et collectives. Elle vit à Nantes et est actuellement représentée par l’agence Hans Lucas et la galerie Hegoa.

www.sidneylealebour.com

La série L’enfer blanc fait partie de la sélection des nominés au Prix Caisse d’Épargne 2019


INFOS_LIEUX

LE 109 – PÔLE DE CULTURES CONTEMPORAINES
89 Route de Turin – 06300 Nice
PROJO I sam 21.09 I 20h30

UNI-VERS-PHOTO
1 Rue Penchienatti – 06000 Nice
PROJO I 21.09 – 12.10
mar, mer & jeu I 14h – 16h
ven & sam I 15h – 19h

CAISSE D’ÉPARGNE MASSÉNA
6 Place Masséna – 06000 Nice
EXPO I 15.10 – 02.11
mar, mer & ven I 8h30 – 12h & 13h30 – 17h
jeu I 8h30 – 12h & 14h30 – 17h
sam I 8h30 – 12h