MICKAËL_MASSARD
BOUGAINVILLEA, UN VOYAGE MERVEILLEUX

VEN 27.09 > 20H > VERNISSAGE / CONCERT
LE PIGEONNIER

© Mickaël Massard

Arrivé à Marseille, ville portuaire sur la Méditerranée, celle des départs, surtout des arrivées. Après Brest, ville de mon enfance, portuaire du Finistère, fin de la Terre. Parallèle magnétique, presque naturel.

À Marseille c’est rapidement un quartier de lisière qui m’a aimanté, entre terre et mer, enclave et large, industrie et marché aux puces, porte-conteneurs des autres continents, vies sans abri. C’est une de ces parties de la ville à la beauté crue, où la manière de vivre est encore sauvage, son aspect le dit. Marseille est une ville de voyageurs, donc de voyages. Sur ce récif de couleurs, au premier pied posé, l’imaginaire vacillait. On y venait par le métro ligne 2, avec pour débarcadère son terminus Nord, Bougainville.

Bougainville m’était inconnu. J’appris qu’il fut un grand marin, explorateur des terres lointaines, et je découvris qu’une plante épineuse et colorée portait aussi ce nom.

Louis Antoine de Bougainville et son botaniste Philibert Commerson en ramenèrent les premiers spécimens du Brésil au XVIIIÈME siècle, ce dernier la nomma du nom de son capitaine : buginvillaea, qui donna ensuite Bougainvillea*.

Déraciné et implanté sur une nouvelle terre, le bougainvillier s’est très bien acclimaté, il y prospère.

J’y revins souvent, à cet exotisme ici, exotisme d’ici. Où déracinement, métissage, adaptation ne sont pas que des mots mais ont des formes. Dans mon dos je sentais la transformation très rapide de ces lieux, approchés, rattrapés et remplacés par des bureaux, des grattes-ciel. Les effets de la ville et de ses transformations urbanistiques sur les espaces et ses habitants m’interrogeaient, tout ceci était très temporaire, j’ai tenté de les questionner en retour.

La plupart de mes photos ont été prises avec des appareils achetés au marché aux puces des Arnavaux, un des points de départ de mes explorations, entre 2017 et 2019. Tel un botaniste j’ai fait des relevés photographiques, récolté des objets, ils m’ont raconté d’autres villes, d’autres vies, d’autres temps, des passages, de mains en mains. Je n’ai pas tenté de taxonomie de ce territoire mais ma collecte a pris la forme d’un herbier du voyage merveilleux à Bougainvillea.

© Mickaël Massard

Basé à Marseille, Mickaël Massard a participé à de nombreuses expositions collectives et personnelles, notamment au festival “rebelrebel” au Frac de Marseille ou au “Fanzine Festival” à Paris.

Il est membre de la maison d’éditions Mise à jour Éditions, et prépare actuellement une résidence avec le collectif Moderne Jazz, invité par l’Atelier supersenor pour le festival “Bien Urbain” à Besançon.


INFOS_LIEUX

LE PIGEONNIER
4 Rue Colonna D’istria – 06300 Nice
VERNISSAGE & CONCERT I ven 27.09 I 20h
EXPO  I  21.09 – 02.11
mer & sam  I  15h – 19h