Le Sept Off

Historique

Organisé depuis 1999 par l’association SeptOff, le Festival de la Photographie Méditerranéenne est présidé par Robert Matthey, photographe niçois.

Le SeptOff  a été conçu comme le pendant « off » du « Septembre de la photo » organisé par le Théâtre de la Photographie et de l’Image, disparu depuis 2008. A l’origine, le SeptOff avait pour objectif d’enrichir le programme officiel en donnant à voir la création photographique méditerranéenne dans toute sa diversité.

Si le « off » subsiste dans le nom de l’association, le Festival de la Photographie Méditerranéenne reste à ce jour l’unique manifestation dédiée à la photographie à Nice.

Objectifs

Aujourd’hui, le SeptOff perpétue son engagement à promouvoir la photographie locale, tout en étendant son attraction vers la scène nationale et le travail de jeunes photographes prometteurs.

Le festival offre chaque année la possibilité aux exposants de développer leur travaux personnels grâce aux deux prix financés par la Caisse d’Epargne Côte d’Azur : Le Prix Bob Willoughby (1000€) et le Prix Lucien Clergue (1500€).

Pour cette nouvelle édition, la ville de Vence participe à cette volonté d’encourager la création, en offrant un prix de 1000 € pour soutenir la photographie contemporaine
Depuis 2015, le prix PHARISIEN (tirage d’une exposition à hauteur de 1000€) est venu enrichir les dotations du festival.

Publics

Le Sept Off ouvre le champ des possibles au regard personnel et subjectif des créateurs en accueillant l’hybridation des outils et techniques actuels : tirages argentiques, impressions numériques, installations photographiques, diaporamas sonores, courts-métrages photographiques, Petits Objets Multimédias, performances visuelles …

Affirmant constamment sa vocation à faire de la photographie un médium accessible à tous, le Sept Off favorise les échanges et les rencontres autour de la photographie dans des espaces culturels dédiés à l’image mais aussi dans des lieux parfois inattendus : les ateliers, les espaces associatifs, les cours, les chapelles… touchant par là autant les amateurs éclairés que les professionnels et les néophytes de la photographie.