[ accueil ] [ contact ] [ les news ] [ présentation ] [ expositions ] [ partenaires ] [ photographes ] [ archives ]

[ Franck Goldbronn ]

Bestiaire, créatures d'un nouveau monde

 

Sédiments, histoire et mémoire.

 

« Bestiaire » est le premier volet d'un diptyque qui s'inscrit dans une problématique actuelle liée aux changements climatiques et leurs répercutions sur l'environnement.

C'est une histoire qui vient s'intercaler dans le cours « normal » de l'histoire. Cela commence par un cataclysme, préambule d'un monde nouvellement créé où la plupart des océans se sont retirés. Dans un décor où l'équilibre a été profondément modifié beaucoup d'espèces n'ont pas survécu, quant aux autres, pour la plupart, elles allaient subir des mutations du fait de nouvelles nécessités dans un nouveau milieu. « Bestiaire » dresse des portraits imaginaires de ces capacités d'adaptation, condition essentielle au développement de la vie, tout en présentant sous des contours zoomorphes, afin de les rendre plus expressifs et lisibles, différents versants psychiques qui constituent la nature humaine. L'animal ambassadeur de l'homme pour le meilleur et pour le pire, une nature changeante dans un milieu changeant. Afin d'appuyer la dimension narrative de la série, dans la tradition des bestiaires du moyen âge, des textes accompagnent les images jusqu'au tableau final qui conclut à la lumière d'une prise de conscience.

Le second volet, « Sédiments », vient poser un regard archéologique sur l'ancien monde. Il s'agit de mettre en relief les prérogatives humaines dans leurs développements et « l'empreinte » laissée dans cet emploi. À partir des rêves des grands bâtisseurs, ceux qui ont érigé les cités, du développement des villes et l'arrivée de la société de consommation, à travers des juxtapositions de lieux différents, voire antagonistes, il convient d'illustrer l'absurde, parfois le tragique, de situations qui caractérisent la vie contemporaine. Puis, dans le prolongement de cette démarche, établir des projections à l'aide de la vision déformante de l'anticipation afin de susciter un regard critique sur le probable devenir que nous nous réservons à partir de ces perspectives.

« Sédiments », c'est aussi revenir sur un questionnement. L'étude des couches sédimentaires offre la possibilité, par le système de datation, de situer dans le temps et l'espace ce qui nous a précédé et donc d'être en mesure de nous représenter les strates de civilisations qui se succèdent depuis leur origine. Jalonner ainsi d'une multitude de points successifs le court du temps permet de rendre de plus en plus nette et continue la ligne qui se dessine, dans cette nécessité pour l'humanité de se construire une histoire afin d'étayer le moment présent et de pouvoir se projeter dans l'avenir.

À travers ces deux volets, dont le premier est engagé dans la marche du temps par le déroulement d'un récit et le second penché dans un regard rétrospectif, il s'agit de faire apparaître a leur point de convergence la notion « d'apprentissage », la nécessité d'avoir une relecture de l'histoire, de faits, pour mieux appréhender le devenir de l'histoire en cours. Faire coïncider cette approche et notre relation à l'environnement, c'est préciser le rôle majeur de l'éducation et son influence sur les comportements afin de sortir d'une ignorance qui s'appuie sur une politique de l'oubli.

 

 

NICE : CAISSE D'ÉPARGNE

1 place Masséna

du 1er Octobre au 1er Décembre

du mardi au vendredi

8h30-12h30 et 13h30-17h

 

Site réalisé par @rtsud.com - © Sept'off (1999-2007) toute reproduction interdite sans autorisation préalable des auteurs