[ accueil ] [ contact ] [ les news ] [ présentation ] [ expositions ] [ partenaires ] [ photographes ] [ archives ]

 




retour expos

 

[ Yucki Goeldlin ]

“La planète des victimes“

SAINTE AGNÈS

SALLE D’EXPOSITION DES PEINTRES DU SOLEIL

Rue Anna Haroum, Sainte Agnès

du 5 Septembre au 15 Octobre

tous les jours sauf mercredi

de 14h à 18h

 

 

La vie dans l’univers des camps de réfugiés

 

Le 6 mars, on estime à 500 les obus tombés en trois jours autour des camps de la frontière cambodgienne. Le conflit va-t-il se généraliser et atteindre la situation 3 (tirs directs sur le camp) ou 4, invasion du camp civil par des troupes, guerre totale? Dès les premiers bombardements, on déclenche l'alerte orangée. Sur les canaux d'appel-radio des officiels, du Comité International de la Croix-Rouge et de la vingtaine d'organisations humanitaires privées que coordonne Unbro (opération d'aide des Nations Unies à la frontière), les conversations sont interrompues par un ordre d'évacuation en urgence des personnels humanitaires.

Avec les 170 000 réfugiés de Site 2, seuls restent les gens du CICR et de l'ONU. Le Haut Commissariat aux Réfugiés organise le chemin de fuite et le camp provisoire destiné aux vieillards, aux enfants et aux femmes enceintes de moins de huit mois. Nous évacuons sur Khao I Dang, l'hôpital de campagne de Médecins Sans Frontières et de Handicap International, hors de la zone de conflit, 358 femmes enceintes du neuvième mois.

On ne peut attendre que les faits de guerre s'aggravent. On ne peut pas non plus déplacer des masses de population aussi importantes sans nécessité absolue. Mais la priorité consiste à éviter le massacre des innocents.

Dès le lendemain, les deux déléguées de Site 2 poursuivent leur travail normal avec les collaborateurs cambodgiens du camp: réunion de familles dispersées par le conflit, recherche de personnes disparues, entretiens avec des gens ayant un problème de sécurité, transmission de messages familiaux d'un des huit camps à un autre.

 

 

Site réalisé par @rtsud.com - © Sept'off (1999-2006 ) toute reproduction interdite sans autorisation préalable des auteurs