Antonio Baiano

“RADICI”

Riti di Santeria a Cuba

Il presente lavoro fa parte di “Radici”, un progetto in corso sulle religioni portate dagli schiavi africani nel nuovo mondo.

Queste religioni, incontrandosi e mescolandosi con la religione cattolica degli schiavisti, confluirono in nuove forme di culto come la Regla de Ocha (meglio nota come Santeria) a Cuba, il Voodoo di Haiti e il Candomblè brasiliano. Esse rappresentano, secondo me, la essenza più profonda delle origini e dell’identità dei popoli neri di questi paesi, lunico elemento forte di connessione con la terra da cui furono strappati, le cui radici permangono vive e forti nella loro anima.

la Santeria trova la sua pratica principalmente nelle case degli adepti; in esse si svolgono riti di sacrificio, “rogacion de cabeza”, iniziazioni e feste dedicate alle divinità che culminano con la “incorporazione” di alcuni degli adepti (che cadono in stato di “trance”) da parte delle divinità, che in tal modo si manifestano ai credenti.

A lungo osteggiata o tollerata, la Santeria ha ritrovato nuovo vigore negli anni ’90, ed è largamente praticata in vari strati della popolazione sia bianca sia nera, trovando credito anche presso professionisti ed intellettuali. Questa rinascita coincide non a caso con la gravissima crisi economica che ha colpito l’isola in seguito al venir meno del supporto sovietico che ha lasciato la popolazione in un gravissimo stato di indigenza. La Santeria si è presentata in questo ambito come mezzo di riscatto sociale e di rifugio dalle avversità, senza rappresentare una fuga dalla realtà, ma piuttosto proponendosi come guida e supporto verso destini più propizi.

In questo ambito si svolge la storia di Yadira, una piccola cubana appartenente a una delle tante famiglie coinvolte in una difficile quotidianità. Nata con una malformazione ad un rene, dopo pochi anni ha cominciato a manifestare problemi di salute derivanti anche dalle scarse condizioni igieniche e dall’ alimentazione insufficiente, che la costringono spesso in ospedale. Infezioni e febbri parassitarie sono infatti frequenti, e l’esilità di Yadira rende difficile qualsiasi intervento operatorio; la stessa operazione per il rene potrà essere eseguita solo in età adulta, al termine della crescita. La famiglia della bambina, dopo diversi anni di peripezie, si è rivolta quindi alla Santeria, i cui rappresentanti religiosi stabiliscono la necessità di un percorso mistico – l’iniziazione alla Santeria – per guidare e aiutare Yadira a ottenere la guarigione. Una storia di “ordinaria vita cubana”, cui fa da sfondo un incredibile sincretismo fra le due religioni che porta i Cubani a passare indifferentemente da una all’altra senza apparenti contrasti.

 

ANTONIO BAIANO

“RACINES”

Rites de Santeria à Cuba
La Havane, Cuba 2001-2004

Ce travail fait partie de "Racines", un projet sur les religions apportées dans le Nouveau Monde par les esclaves africains.

Aprés avoir rencontré le catholicisme des dominateurs, ces anciennes religions s’ y entremêlérent et prirent de nouvelles formes, comme la Regla de Ocha (mieux connue avec le nom de Santeria), le Vaudou haïtien, et le Candomblè brésilien. Ce sont les formes qui, à mon avis, representent l'essence la plus profonde de l’identité ancestrale des peuples noirs de ces pays – leur seul lien vital avec la terre d’ où ils fûrent arrachés, dont les racines demeurent malgrè tout, vives et fortes dans leur âme.

La Santeria se pratique surtout dans les maisons des adeptes; c’est là que se déroulent les rites de sacrifice et d'initiations, les "limpiezas" et les Guiros ou Toques ed Santo, fêtes pour honorer les divinités, connues comme "rites de possession", qui aboutissent à des phénomènes de possession où les dieux se manifestent aprés avoir “emprunté” le corps de certains adeptes tombés en transe.

Longtemps combattue ou tout juste tolérée, la Santeria a repris un nouvel élan dans les années 90 Elle est aujourd’hui beaucoup pratiquée dans les diverses couches de la société cubaine; parmi ses adeptes, on compte même des médecins, des avocats et des intellectuels.

Ce renouveau fait suite - ce qui n’est pas un hasard – à la grave crise économique provoquée par la fin de l’aide soviétique et qui a jeté la population dans la plus grande indigence. La Santeria se propose d’être un moyen de rachat social et un refuge contre les malheurs de la vie. Loin d’être simplement une fuite de la réalitè, elle offre plutôt un sens et un réconfort pour ceux qui luttent pour améliorer leur avenir.

C’est dans ce cadre qui se déroule l’histoire de Yadira, une fillette cubaine. C’est l’histoire d’une “vie cubaine ordinaire” : un exemple montrant comment la Santeria fait partie de la vie de Cubains sur fond d’un surprenant syncrétisme entre deux religions et qui voit les Cubains passer avec nonchalance de l’une à l’autre sans contradiction apparente.

 

retour expositions

 

Expo : Nice

(Jusqu'au 30 septembre)
CHÂTEAU DE VALROSE
Avenue de Valrose Nice

(à partir du 3 octobre)
CATHÉDRALE STE RÉPARATE
Place Rossetti - Nice

 

Questionnaire :

Qu’est ce qui vous à amené à faire de la photographie ?

Da piccolo, mio padre mi faceva fotografare con la sua Nikon “F”; crescendo, ho continuato a fotografare finché ho trovato che la fotografia era per me un mezzo bellissimo  per esprimermi ed uno strumento  di esplorazione sia esteriore che interiore.

Quand j'était petit garçon...., mon père me laissait prendre des vues avec son Nikon "F" ; et bien des années plus tard, j'ai continué à photographier jusqu'à ce que j'aie compris que la photographie était pour moi un très beau moyen pour m'exprimer et un merveilleux outil d'exploration aussi bien extérieur qu'intérieur.

Etes-vous plutôt numérique ou plutôt argentique ?

“argentique” col cuore, ma “numérique” con la ragione !

« Argentique » de coeur, mais « numérique » de raison !

Qu'est-ce qu'un(e) bon(ne) photographe ne doit pas faire ?

Mai rimettere in borsa la macchina quando si pensa che non ci sia più nulla da fotografare… è proprio allora che possono uscire le immagini migliori.

Ne jamais remettre l'appareil dans sons étui même si l'on pense qu'il n'y a plus rien à prendre… car les images les meilleures peuvent se présenter lorsqu'on ne s'y attend pas.

A votre avis, une bonne photographie de pêche doit-elle sentir le poisson ?

Si, purché il pesce non sia marcio…

Pourvu que le poisson ne soit pas pourri…

Dix conseils pour réussir un projet photographique.

Mettere per iscritto le fasi fondamentali del progetto ; definirne i punti fondamentali ; cercare degli sponsor ; se si pensa di vendere il lavoro a riviste è importante verificare che il tema non sia già stato pubblicato nell’ultimo anno dalle riviste interessate ; effettuare una selezione molto stretta ed oggettiva delle immagini. Sarebbe opportuno che la facesse qualcun altro se si è troppo emotivi rispetto alle proprie immagini ; verificare che le immagini rimaste siano sufficienti a coprire i punti fondamentali del progetto ; studiare la maniera migliore per esporre le immagini ed essere molto attenti alla loro sequenza ;

Mettre noir sur blanc les phases fondamentales du projet ; en définir les points fondamentaux ; chercher des sponsors ; si l'on envisage de vendre le travail à des revues il est important de s'assurer que le thème favori n'a pas été déjà publié par le revues ciblées au cours de la dernière année ; effectuer une sélection très stricte et objective des images. Confier cette importante sélection à quelqu'un d' autre si on est trop émotif face à ses images ; vérifier que les images choisies suffisent à couvrir les points fondamentaux du projet ; déterminer comment exposer les images de façon optimale en prenant soin de leur séquence.

Quel prix voudriez vendre un tirage format 30x40 numéroté à 25 exemplaires de votre travail ?

300 euro l’una;

300 euro l'une.

Choisissez et commentez une photographie de votre choix en 4 à 7 lignes.

Una foto di Sebastiao Salgado scattata in un paesino del Sertao in Brasile: in primo piano una statua di Gesù Cristo che porta la croce scortato da due soldati, in secondo piano dei contadini che camminano, nella stessa direzione di Gesù, un poco curvi su sé stessi : la trovo molto simbolica della situazione dei poveri, non solo in Brasile.

Une photo de Sebastiao Salgado prise dans un village du Sertao au Brésil : en premier plan une statue de Jésus Christ qui porte la croix convoyé par deux soldats, en deuxième plan des paysans qui se promènent dans la même direction que Jésus, un peu courbé sur lui même : je la trouve très symbolique de la situation des pauvres et pas seulement au Brésil.

Qu'y a t'il sur les murs de votre salon ?

Quadri, mi piace molto la pittura ; peccato non potermi permettere un Vermeer, uno dei miei pittori preferiti !

Des tableaux, j'aime beaucoup la peinture ; dommage que je ne puisse pas m'offrir un Vermeer, l'un de mes peintres préférés !

Si vous étiez un appareil photo, vous seriez... ?

Meccanico, silenzioso, piccolo, come la Leica M6 !

Mécanique, silencieux, petit, à l'instar du Leica M6 !