Philippe Cardella

Le photographe humaniste

Il pêche de par le monde les trésors de la vie, les êtres humains, seul objet de sa quête et de sa recherche. Je me suis très tôt détourné de la photographie publicitaire, de l’art du toc et du factice. Je me suis consacré à la photographie comme une suite naturelle de mon œuvre littéraire et poétique. Je me suis attaché aux faits insignifiants de la vie au détour d’une ruelle dans une Kasbah à la recherche des émotions, des regards, des enfants plongés dans cette attente interminable qu’est la vie. J’ai voyagé, à une époque de ma vie où j’ai cru que le voyage m’apporterait une réponse à ce désespoir latent, contenu et sans répit.

J’ai voyagé, j’ai connu la Tunisie, le Maroc, L’Egypte, loin des cartes postales et des centres touristiques. J’ai fixé tous les êtres qui me plaisaient, que je voulais garder pour moi. Aujourd’hui, au détour d’un envoi, d’une présentation à des tiers, je constate que ces personnes trouvent les photos très belles. Et je trouve mes photos si peu dépourvues d’apprêt, elles sont pauvres, elles parlent de l’humanité pauvre, de l’humanité qui est en nous. Les années sont passées, j’ai constaté que les enfants sont à présent adultes, que la jeunesse n’est plus qu’un souvenir. C’est sans doute cela l’humanisme : garder l’authenticité d’une œuvre dont le sujet, je me répète, est la grandeur de l’homme. Je ne me suis jamais détourné de ce travail, malgré les difficultés de la vie, le refus de faiseurs d’art de voir mon œuvre, singulière, pénétrante et totale.

 

retour expositions

 

Expo : Vence

CAVE MÉMÉ DE L’ANE
9 Place Godeau - Vence
Tél 06 16 36 12 51

 

Questionnaire :

 

- Qu’est-ce qui vous a amené à faire de la photographie ?

J'ai fait de la photographie car j'avais au préalable suivi une formation en arts plastiques et histoire de l'art et je voulais être cinéaste.

- Etes-vous plutôt numérique ou plutôt argentique ?

Je suis très attaché à la photo argentinique. Je dénonce le numérique comme un ersatz du tout faire sans se casser la tête.

- Qu'est-ce qu'un(e) bon(ne) photographe ne doit pas faire ?

Un bon photographe ne doit pas tout photographier, il doit attendre le sujet, il doit être étonné par un détail, par une découverte, une rencontre. Il ne doit pas s'imposer un sujet mais attendre que le sujet se présente à lui et soit en adéquation avec ses recherches plastiques.

- A votre avis, une bonne photographie de pêche doit-elle sentir le poisson?

Je suis sans avis sur cette question.

- Dix conseils pour réussir un projet photographique.

Le lieu

le sujet

la lumière

les personnes

les rencontres

le voyage

le regard

l'attente

la durée

l'espace

- Quel prix voudriez vendre un tirage format 30x40 numéroté à 25 exemplaires de votre travail ?

Si le négatif n'est pas détruit, je demanderai 250 euros.

- Choisissez et commentez une photographie de votre choix en 4 à 7 lignes.

...

- Qu'y a-t-il sur les murs de votre salon ?

Des dessins, des photos, des toiles.

- Si vous étiez un appareil photo, vous seriez... ?

Si j’étais un appareil photo je serais un Hasselblad.